ƒ Terre | Carnet de vie

Terre





Que tu es belle, Terre, et que tu es sublime !
Quelle sagesse dans ton obéissance à la lumière, et quelle noblesse dans ta soumission au soleil !
Que tu es séduisante, voilée d'ombre, et que ton visage est rayonnant sous le masque des ténèbres !
Que les chants de ton aube sont cristallins, et que les louanges de ton crépuscule sont prodigieuses !
Que tu es parfaite, Terre, et que tu es majestueuse !

J'ai parcouru tes plaines et gravi tes montagnes;
je suis descendu dans tes vallées et suis entré dans tes grottes.
Dans les plaines, j'ai découvert tes rêves; sur les montagnes, j'ai admiré ta prestance.
Et dans les vallées, j'ai témoigné de ta quiétude; dans les rochers, j'ai senti ta fermeté;
Dans les grottes, j'ai touché à tes mystères...

J'ai sillonné tes mers, exploré tes rivières, et longé tes ruisselets.
J'ai entendu l'Eternité par ler à travers ton flux et ton reflux
et les âges renvoyer les échos de tes mélodies sur les flancs de tes collines.
Et j'ai entendu la Vie s'interpellant dans les cols de tes montagnes et le long de tes pentes.

Tu es la langue de l'Eternité et ses lèvres, les cordes du Temps
et ses doigts, les pensées de la Vie et ses paroles.

Ton Printemps m'a éveillé et m'a conduit vers tes forêts,
où ton souffle exhale au loin son doux parfum en volutes d'encens...

Par une nuit étoilée, j'ai ouvert les écluses de mon âme
et suis allé te côtoyer, le cœur curieux et avide.
Et je t'ai vu regarder les étoiles qui te souriaient.
Alors j'ai rejeté mes fers et mes entraves,
car j'ai découvert que le logis de l'âme est ton univers,
que ses désirs grandissent dans tes désirs,
que sa paix demeure dans ta paix
et que sa joie est dans cette chevelure d'étoiles
que répand la nuit par dessus ton corps...

Immenses sont tes dons, Terre, et profonds sont tes gémissements ;
et longues sont les langueurs de ton cœur pour tes enfants fourvoyés
par leur cupidité sur le chemin de leur vérité.

Nous nous écrions et toi, tu souris.
Nous nous dévoyons et toi, tu expies.
Nous souillons, tu sanctifies.
Et nous blasphémons, tu bénis

Nous dormons sans rêver, et tu rêves dans ton éternelle veille.

Qu'es-tu Terre, et qui es-tu ?
Tu es moi, ô Terre !
Tu es ma vue et ma clairvoyance. 

Tu es mes réflexions et mes imaginations ainsi que mes rêves. 
Tu es ma faim et ma soif, ma tristesse et ma joie, mon insouciance et ma vigilance. 
Tu es la beauté dans mes yeux, le désir ardent dans mon coeur, l'immortalité dans mon âme.
Tu es moi, ô Terre ! Car si je n'existais pas, tu ne serais pas là.


 
L'oeil du Prophète  -  Khalil Gibran



No Response to "Terre"

_______________

S'engager

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Suivre le blog par e-mail

Certains des documents reproduits sur ce site ne bénéficient pas d'autorisation explicite et/ou écrite. Si vous êtes ayant-droit et que vous refusiez la publication de documents sur le site, écrivez un courriel à corsaire66@gmail.com

Ce blog ne contient aucune publicité et n'accepte aucune annonce commerciale. Si vous remarquez un lien brisé ou une erreur, vous pouvez le signaler en envoyant un courriel à Blogger. L'auteur ne peut en garantir l’exhaustivité ou l’absence de modification par un tiers (intrusion, virus).

© 2006-2017 Carnet de vie. Tous droits réservés.